La route du Rhum

M. Deudon va suivre avec sa classe un skipper qui s’appelle Pierre-Yves Chatelin sur son bateau « Destination Calais » pendant la route du Rhum

Il se trouve au bassin Ouest jusqu’à dimanche prochain, le bassin ouest le voici

C’est là où il a la capitainerie On y voit de très jolis bateau de pêcheurs, quelques bateau de plaisance

C’est un endroit très calme on y a de jolies prises de vue, un peu de brouillard ces temps ci!!


Alors pourquoi la route du RHUM ?

En 1975, Bernard Hass, secrétaire général du Syndicat des Producteurs de Sucre et de Rhum des Antilles, cherche une idée pour mettre en valeur la filière du rhum avec Florent de Kersauson, ils imaginent une course à la voile en direction des Antilles productrices de rhum et de sucre.
Michel Etevenon, publicitaire de Kriter,sponsor d’Olivier de Kersauson (le frère de Florent),accepte le projet, le sponsorise et le développe avec le succès que l’on connaît aujourd’hui.

La première édition de la course a eu lieu en 1978, c’est la première grande course océanique française! Cette course de voile en solitaire, a lieu tous les 4 ans !

un départ unique à saint malo le 31 octobre 2010 à 13 h 02
- Ligne de départ : devant la pointe du Grouin
- bouée du Cap Fréhel : à laisser à tribord
une arrivée à pointe à pitre en Guadeloupe
- La Guadeloupe à contourner en la laissant à bâbord
- Ilôt de la tête à l’Anglais à laisser à bâbord
- bouée de basse terre à laisser à tribord
- Ligne d’arrivée : à proximité de pointe à pitre
A parcourir : 3 542 milles –> 1 mille = 1,609344 kilomètres

Latitude : Chaque degrè mesure la distance à l’équateur et situe une position sur l’axe horizontal de la carte.
Longitude : chaque degrè mesure la distance auu méridien de Greenwich et situe une position sur l’axe verticale de la carte.
1degrè = 60minutes = 60 milles = 111km

Le temps limite d’arrivé pour tous les concurrents est 10 jours pleins après l’arrivée du premier monocoque.

Un voilier, c’est quel genre de bateau ?
c’est un bateau propulsé par la force du vent.
c’était le 1er moyen de transport moyenne et longue distance avant l’invention des machines à vapeur.
Ils sont tous constitués, d’une ou plusieurs coques, un gréement constitué d’un mât qui porte la ou les voiles qui servent à la propulsion

Sources photos & textes  Sylviane Deudon

Les monocoques :
Qui ne comporte donc qu’une seule coque! Sur la course du Rhum, il y a 2 types de monocoques
Les imoca (bateau de 60 pieds env 18.28m) et les classes 40 (40 pieds) comme celui de Pierre-Yves Chatelin

La classe Rhum a été conçu pour les bateaux ( hors catégories qui mesurent entre 39 et 59 pieds. Les skippers de ces bateaux sont souvent des amateurs qui ont déjà pas mal engrangés de kilomètres au compteur !

Les multicoques :
Voiliers comportant plusieurs coques, ils sont plus rapide que les monocoques, on les appelle aussi les « formules 1 des mers », ils peuvent atteindre des vitesses de 30 noeuds (55km/h)
Catamarans : 2 coques identiques reliées entre elles par des bras de liaison et un filet tendu (trampoline)
trimarans : 3 coques, celles du milieu est reliée aux deux autres par 2 trampolines
vous avez les class multi 50  multicoques de 50 pieds (15.24 m ) de long celui de Franck-Yves Escoffier par exepmle
Les géants des mers, des colosses  60 pieds minimum soit 18.28m!! Ils sont très impressionants

Source dessins: http://www.routedurhum-labanquepostale.com

Une course en solitaire, est une course qui se fait seul pour autant,c’est un véritable travail d’équipe!

Pour naviguer en solitaire, il faut avoir une bonne capacité physique (hisser les voiles, réparer, tenir le rythme fatiguant de la mer.
C’est aussi un sport PSYCHOLOGIQUEMENT difficile.
Il faut que le skipper se connaisse bien, ses rythmes physiologique, biologique, qu’il sache se gérer!!

Dans le bateau pas de réfrigérateur, ni congélateur micro onde… Juste une bonbonne de gaz pour chauffer les aliments.
Produits frais les 1ers jours puis les sachets lyophilisés, barres de céréales, chocolat (miam) et surtout de l’EAU une grande quantité d’eau pour éviter la déshydratation.

Avant le départ chaque skipper suit le stage ISAF entrainement de survie pour appréhender toutes les techniques de sécurité en mer
- mettre sa combinaison de survie
- se dégager d’une coque
- remonter sur le bateau
- manipulation des matériels de sécurité (fusée, radeau…)
- se soigner et gérer les situations médicales seul!

En mer les périodes de repos et de sommeil sont réduites en tranches de 20 minutes toutes les 4 h soit 2h toutes les 24h peu mais efficace!

Les skipper peuvent communiquer avec la Terre grâce au téléphone satellite iridium

Se repérer en mer

Le GPS (Gloabl Positionning System = système de positionnement global) indique aux skippers leur position grâce à 3 satellites positionnés à + de 20 000m d’altitude.

Le sextant inventé vers 1730 par John Hadley (1682-1744) mathématicien anglais et Thomas Godfrey (1704- 1749) inventeur américain

La signalisation maritime
- les tourelles et bouées flottantes permettent de positionner jour et nuit (même en mauvais temps ) les dangers grâce à un signal sonore ou lumineux
- les balises dites CARDINALES informent que le skipper doit passer à l’Est, l’Ouest au Nord ou au Sud de celles ci
- Balises latérales qui balisent un chenal comme une entrée de port et indiquent si il faut laisser à tribord ou à bâbord.

La phare ce mot vient du grec Pharos nom de l’île où se trouvait le phare d’Alexandrie, en Egypte.
La hauteur du phare détermine sa portée géographique (distance maxi d’où l’on peut voir le phare) il est souvent de forme cylindrique pour résister aux rafales de vent parfois puissantes sur les côtes.

Le vocabulaire du skipper:

Affaler une voile : descendre complètement une voile.
Hisser la voile : faire monter une voile
prendre un ris : réduire la surface de la grand-voile en la descendant (lorsque le vent est trop fort)
Border une voile : tirer sur l’écoute (cordage qui règle une voile) pour ramener la voile dans l’axe du bateau
Choquer l’écoute : lâcher l’écoute
Démâter : perdre son mât
Parer : préparer une manœuvre
Lofer : rapprocher le cap du voilier du lit du vent (mettre la barre sous le vent = pousser sur la barre)
Louvoyer : faire route au près, alternativement sur chaque armure, en effectuant des virements de bord
Planer : se dit d’une coque qui sort en partie de l’eau sous l’effet de la vitesse
Se mettre à la cape : faire face à la tempête sans voile ou avec une voile réduite.
Virer : changer de direction; d’armure(coté duquel on reçoit le vent ) en passant face au vent, changer d’armure en passant dos au vent s’appelle empanner

L’équateur est le cercle imaginaire autour de la Terre situé à égale distance du pôle Nord et du pôle Sud.

Un parallèle est un cercle imaginaire parallèle à l’équateur.

Un méridien est un 1/2 cercle qui joint les 2 pôles. Le méridien de Greenwich, près de Londres (Royaume-uni) c’est le méridien 0

Anticyclone zone de haute pression atmosphérique zone de beau temps et vents assez faibles

Dépression zone de basse pression atmosphérique. vents très forts conditions de navigation mauvaises

lit du vent direction d’où souffle le vent on se trouve dans le lit du vent quand on est face à lui

pétole calme plat absent total de vent

houle ondulation à la surface de la mer, se caractérise aussi par la distance entre 2 crêtes de lames successives

Les marées
2 fois par jour la mer monte et descend sous l’effet de la lune. La lune agit sur la Terre par un effet d’attraction.

Pleine mer = niveau de mer très élevé, l’eau est poussée vers la côte.
Entre marée haute et marée basse il peu y avoir une amplitude très forte (13 m dans la baie du Mont St Michel)
Les grandes marées se produisent lors de la pleine lune, quand la Terre, la Lune, et le Soleil sont dans le même axe!

Maintenant que vous connaissez mieux la course, la mer et les conditions, revenons en à notre bateau Destination Calais !

Et à notre Skipper Pierre-Yves Chatelin pas des plus connus mais dans le monde de la voile, mais sa notoriété n’est plus à faire. professionnel, lorsqu’il naviguait comme équipier sur le Nord – Pas-de-Calais d’Alain Comyn, aujourd’hui il navigue et rivalise avec les meilleurs skippers dans les courses au large.
En tant qu’amateur, il doit concilier la navigation, la recherche de sponsors et son métier de professeur d’éducation physique. Il emmène  régulièrement en mer des jeunes de 12-15 ans,en difficultés sociales.

Et si on parlait du rhum

La canne à sucre est la matière 1ère pour la fabrication du rhum agricole.
récolte de février à juin souvent à la main!
A la distillerie, les cannes sont pesées contrôlées (teneur en sucre) extraction du jus puis broyage par une batterie de moulins. la canne est aspergée d’au après chaque broyage pour une meilleure extraction. Le jus est filtré puis pompé jusqu’au cuves de fermentation sous l’action des levures, le sucre du jus de canne se transforme en alcool –> au bout de 24h = vin de canne 4à5% vol.
Une cuve de 30000l de jus après distillation (dans ne grande colonne le rhum qui en sort est à 70% d’alcool) donne 2200l de rhum à 55%
le bagasse (fibres qui restent après extraction) = combustible –>alimenter les fours qui chauffent l’eau –> vapeur / la vapeur alimente la machine à vapeur qui actionne :
- les broyeurs
- les turbos alternateurs qui fournissent l’électricité pour la propriété
- les colonnes à distiller

Pour aller plus loin les nuages

Nuage = minuscules particules d’eau liquide ou solide ou les 2 à la fois en suspension dans l’atmosphère.
Sous l’effet chaud du soleil, l’eau contenue dans la Terre s’évapore et créé un air chaud et humide constituée de 1000ier de gouttelettes refroidit qui en remontant dans l’atmosphère deviennent des nuages!

Etage supérieur Altitude 6000m

nuages = cristaux de glace
cirrus nuages détachés sous forme  de délicats filaments blancs, aspect fibreux (boucles de cheveux)
les cirrocumulus banc, nappe ou couche mince de nuages blancs sans ombre propre.
les cirrostratus voile nuageux transparent blanchâtre d’aspect fibreux (halo lumineux centré sur le soleil semblable à un arc-en-ciel)

Etage moyen Altitude 2500 à 5000m
nuages constitués de gouttelettes d’eau

Altocumulus
couche de nuages blancs et gris ayant généralement des ombres propres et composés de  lamelles, de galets, de rouleaux
Altostratus nappe ou couche nuageuse grisâtre ou bleuâtre, d’aspect strién assez mince pour laisser passer la lumière
Nimbostratus couche nuageuse grise, souvent foncée dont l’aspect est rendu flou par des chutes de pluie plus ou moins continues, masque complètement le soleil sur toute son étendue

Etage inférieur altitude du sol à 2000m
nuages constitués de gouttelettes d’eau.

le stratocumulus gris ou blanchâtre formées de dalle, de galets, de rouleaux
Le stratus couche nuageuse grisâtre ou bleuâtre d’aspect strié parfois assez mince pour laisser passer la lumière du soleil

Étage à développement vertical altitude 500m

cumulus nuage détachés denses et aux contours bien délimités se développent verticalement sous forme de mamelons de dômes et de tours dont la partie supérieur a la forme d’un chou-fleur
Le cumulonimbus nuage épais dense en forme de montagne associés aux orage ils sont à l’origine de la foudre!


Une réflexion au sujet de « La route du Rhum »

  1. GEANT …. quand j’étais gamine j’étais passionnée de voile et surtout des nuages je voulais faire « evelyne dheliat »
    superbe reportage bravo très bon et beau travail et voguuuuuuuue Sylla sufe sur le net

Les commentaires sont fermés.